{ septembre 6th, 2010 }

Chimères et centons

La chimère et le centon sont des exercices de découpage et recomposition de textes. Si le principe est répandu, le choix de textes ou le dosage subtil des contraintes peuvent faire varier à l’infini les possibilités qu’offrent ces exercices systématiques.

La Chimère :

D’après Littré, la chimère est dans son sens premier « assemblage bizarre de différentes parties d’animaux divers ». La chimère est un monstre, autrement dit une composition réalisée à partir de parties hétérogènes.

Dans sa forme basique, la chimère consiste à emprunter à un premier texte la structure syntaxique ( nom/ verbe/ adjectif…), et à un second texte le vocabulaire.

Exemples : Le Pont Mirabeau, Apollinaire (syntaxe) / une page du Guide du Routard (vocabulaire) donnent une célébration originale des spécialités culinaires d’une région française.

La Cigale et la fourmi de Jean de La Fontaine (syntaxe) / un extrait Marge Brute, de Laurent Quintreau se combinent pour une personnification de la « marge » qui traduit les angoisses contemporaines d’entreprises parfois cigales, parfois fourmis.

La poésie présente des difficultés, avec des tournures parfois alambiquées, mais elle fournit un rythme sur lequel s’appuyer et qui donne une ligne directrice au texte recomposé.

Pour aider les participants, on peut leur conseiller de prendre pour point de départ un mot qui les attire, puis de repérer dans le texte-vocabulaire les mots qui renvoient à la même idée. Utiliser les ressources de la polysémie (mots comme « gourde », « tarte »…) permet de disposer d’un vocabulaire plus riche qu’il n’y paraît à la première lecture.

Il est permis de conjuguer les verbes et de faire les accords qui s’imposent.

L’exercice peut se compliquer si l’on utilise un texte pour la syntaxe, et trois textes pour le vocabulaire (un pour les verbes, l’autre pour les noms et le troisième pour les adjectifs).

Mais c’est surtout le choix des textes qui peut contribuer à renouveler l’intérêt de l’exercice. Il est conseillé à l’animateur d’ « essayer » les textes afin de vérifier la faisabilité de l’exercice, la difficulté pouvant parfois décourager les participants si les textes choisis n’offrent pas suffisamment de ressources. On peut proposer un texte pour la syntaxe, et un choix de deux textes pour le vocabulaire.

texte Chimère Fable contemporaine

Le Centon :

Le centon est le résultat d’une recomposition de vers ou fragments tirés de plusieurs textes. Il s’agit d’une sorte de mixage, le travail de création n’est pas ici dans l’invention mais dans la façon d’agencer les fragments.

Le cadre donné peut être un temps déterminé précisément et/ou un nombre de vers maximum. Préférer des poèmes en vers libres pour écarter la contrainte naturelle de la rime, choisir des rythmes variés et des thématiques différentes qui permettront de créer des images originales.

Confronter par exemple l’écriture de Reverdy, Michaud et Supervielle ou encore Ponge, Aragon et Juarroz.

Le centon constitue un bon exercice pour des participants peu aguerris, il donne assez facilement des résultats gratifiants. Avec les mots des autres on peut créer un poème absolument neuf, réinventer un sens qui soit personnel.

Leave a Reply

Random Posts
Recherches