{ mai 14th, 2011 }

Atelier d’écriture « La nuit d’avant, la nuit d’après »

Ce thème très riche m’a été inspiré par le beau livre d’Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne. Il s’articule autour de ces temps forts qui font basculer l’existence. Des vies s’arrêtent et d’autres continuent, marquées par des drames, des changements brutaux qui en modifient radicalement le cours. Le livre est bien plus riche, mais D’autres vies que la mienne m’a laissé le souvenir d’un récit reliant deux nuits, l’une, angoissée, terrifiante, qui s’ouvre sur une victoire (mentale) sur la maladie; l’autre, bouleversante, exténuante au point de paraître interminable malgré une écriture ramassée, qui est la dernière nuit.

Il est plus fréquent d’écrire « le jour où »… Cependant, la nuit dans son silence et sa solitude, nourrit les anticipations angoissées, laisse défiler les images traumatiques, réécrit parfois les frustrations de la journée. Ce temps du retour à soi, qui « précède » ou qui « succède à », amplifie l’émotionnel, modifie nos perceptions. Il s’y cache de petites terreurs, des vérités inavouables, de grandes prises de conscience qui peut-être, n’auront plus le même pouvoir au lever du jour. La nuit est, parfois, une grande traversée entre un jour, et son lendemain décisif, lorsque plus rien ne sera comme avant…

Première partie:

Dans cette première partie, il s’agit de poser le décor avant d’y installer l’histoire, de convoquer les souvenirs et les images qui se rattachent à la nuit. Inventorier, à la façon de Perec, les environnements divers de nos nuits dans un temps d’écriture court, de cinq à dix minutes.

Proposition d’écriture:

1)Ecrire la liste des lieux où l’on a dormi, rapidement, sans réfléchir; ne donner qu’une indication brève. Ne pas classer, chercher à dérouler un inventaire le plus exhaustif possible.

2) Choisir un lieu dans la liste et en faire une description brève, sans faire de phrases complètes, sous la forme d’une prise de notes. Ne donner aucun détail d’ordre biographique, décrire le lieu à la façon d’un observateur objectif.

Rassembler les descriptions : il est possible de les plier et de les mettre dans un chapeau, ou de les afficher afin que chacun puisse les lire. Chacun des participants de l’atelier d’écriture devra écrire à partir de la description produite par un autre.

Proposition d’écriture : A partir de la description, essayer de dégager une impression dominante, une ambiance, une tonalité du lieu qui deviendra tonalité du récit. Imaginer celui ou celle qui y couche ou va s’y installer, son état d’esprit, sa situation, donner une couleur à l’instant, faire le lien entre ce lieu,  le personnage, le moment. Faire habiter ce lieu.  Écrire un petit récit d’une dizaine de lignes.

Deuxième partie:La « nuit d’après »

Support : D’autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère (Ed. POL ), p 121 à 123 de  » Les visites, la présence des familles … à … nous n’en n’avons pas fini avec la première nuit. »

Extrait: « Les visites, la présence des familles ne sont autorisées que jusqu’à huit heures.  Etienne reste seul dans sa chambre d’hôpital. On lui a donné à dîner, un cachet pour l’aider à dormir, bientôt on éteint la lumière. Il fait nuit. C’est la première nuit, celle dont il a parlé le jour de notre rencontre, et qu’il essaie cette fois, parce c’est important, très important de me raconter en détail. »

Proposition d’écriture : Imaginer la « première nuit après … » rendue particulière par une annonce, une rencontre, un événement, et dominée par un sentiment (peur, abandon, amour…). Cette nuit est une nuit de solitude absolue. Une métaphore, une image, une association, doit traverser le récit comme un fil rouge, en synthétiser une impression d’ensemble. Écrire un récit à la première personne, au passé ou au présent.

Propositions: la nuit d’après mes dix-huit ans, la nuit d’après mon prix littéraire, ma légion d’honneur, la nuit d’après l’adoption de mon hamster, la nuit d’après mon changement de sexe, la nuit d’après mon coup d’état…

GIGI, texte

Troisième partie:La « nuit d’avant »

Support: Léonard Michaels, Le Club, Christian Bourgeois Editeur (2010) / Jean-Marie Laclavetine, Mouches noyées, in Le Rouge et le Blanc, Ed. Gallimard (1994)

Après la nuit, extraits de textes

Proposition d’écriture : Choisir l’un des extraits. Imaginer ce que fut cette nuit, mais n’en retenir qu’un élément, un épisode, un moment de cette totalité complexe dont chacun des deux textes est le « résultat ». Se focaliser sur un personnage, un détail. Du tableau d’ensemble, reconstituer une partie seulement dans un texte bref, de cinq à dix lignes. Renoncer absolument à tout expliquer ! Le récit sera conçu de façon à pouvoir s’insérer (reprendre le type de narration, les temps verbaux) dans le texte dont est tiré l’extrait.

Kramer et le vaisselier

Leave a Reply

Random Posts
Recherches