{ janvier 15th, 2013 }

Atelier d’écriture interminable, Capital culturel – 3

L’atelier d’écriture se caractérise par un temps volontairement limité. Mais la proposition d’écriture peut s’émanciper de son cadre d’atelier pour devenir chantier d’écriture. Et, pourquoi pas, consigne obsessionnelle, espace réitératif jusqu’à complet dévoilement.

Je propose une consigne, et une tentative de traitement.

Proposition d’écriture : écrire sous forme de listes commentées le roman d’un échec.

CAPITAL CULTUREL

Texte n°3, on avance à peine…

Ceux-là sont allés à l’université, suffisamment pour produire sur tout énormément de discours argumenté, pas assez pour échapper à la tiède pitance des revues. Mais je veux bien, sur ce divan, venir goûter la dernière tambouille accommodée par l’air du temps.

1) Parce que je rattrape chez eux mon retard en matière d’idées contemporaines moyennes des classes éduquées.

2) Parce que le regard porté sur l’humanité n’y déroge pas à la bienveillance (additif du corpus qu’ils ont absorbé inconsciemment, avec leur ration de théories simplifiées pour l’industrie universitaire).

3) Parce que la contrepartie affective me semble très honnête. On s’interrompt à peine dans ses activités pour m’ouvrir la porte, on me sert un café réchauffé dans un vieux mug fêlé : j’appartiens au cercle étroit des amis confirmés.

4) Parce qu’on y lisse, par manque d’attention, mais peut m’importe, les variations de mes états : on m’apaise sans le savoir.

J’étends les jambes et j’écoute tranquillement les vertus de la Paternité, que l’homme étale avec un enthousiasme réel où l’on retrouve aussi bien la joie de la trouvaille que la conviction inusée du converti. Je l’écouterais me parler de son intérêt pour le culte druidique et le tatouage intégral avec la même considération, et absence de considération. Va pour la Paternité et les sous-thèmes : Paternité et sens de la responsabilité, Paternité et découverte de la clairvoyance enfantine, Paternité et dialogue… Ca commence grandes valeurs, et ça retombe vite, en Paternité et quête interminable de garde d’enfants, Paternité et prix des chaussures en taille 28…

En effet, ils ont chez eux cet enfant qui leur appartient et dont ils m’entretiennent avec régularité au moyen d’indicateurs chiffrés que je m’efforce de retenir, peut-être avec une vague crainte d’être interrogée un jour. Je l’ai connu embryon alors que sa fragile présence tenait à quelques semaines d’aménorrhée, puis fœtus, à travers kilos accumulés, taille de bonnets de soutien-gorge et fréquence de coups de pieds nocturnes, enfin nourrisson, converti en durées de sommeil et diverses courbes comparées.

Malgré l’abondance des données fournies, en l’absence de lien acquis par parenté ou heures de babysitting, il n’entre pas dans la catégorie des « mineurs familiers à lancer en l’air avec des cris ou à gratifier de chatouilles ». A mon arrivée tout à l’heure, on lui a commandé un bonjour dont il s’est acquitté tout de suite, je me suis penchée vers le petit visage pour recevoir, sous l’œil, un baiser rapide et mal fichu : formalités réglées.

Lien vers le texte 2

2 Responses
  1. Auffret dit :

    Madame, Monsieur,

    animateur en journal créatif (atelier mélangeant écriture, dessin et collage) et récemment installé dans la région, je recherche à pratiquer cette activité artistique, ludique et intuitive et à réaliser des partenariats avec des personnes ou des institutions intéressées par cette nouvelle activité originale.
    Si vous ou d’autres personnes seraient intéressées, vous pouvez me contacter par mail ou tel au 0614781559.
    Bien à vous.
    Stéphane Auffret

  2. sylvie.hernandez dit :

    Bonjour,

    N’hésitez pas à adresser un mail à L’Affabuloir (laffabuloir@yahoo.fr), je peux parler de votre activité sur ce site, visité par les membres de l’association et les personnes qui recherchent des ateliers et activités de ce type dans la région d’Avignon et d’Arles.

    Sylvie Hernandez

Leave a Reply

Random Posts
Recherches