All for Joomla All for Webmasters
Browsing Tag

Oulipo

Nos Ateliers d'écritures Oulipo

Atelier d’écriture Collection 2

Image Rue du Rendez-vous

A partir de ce point…

A partir de ce point… 30 minutes d’attente.

Un atelier d’écriture en deux temps, résolument antithétiques. La première partie consiste à  utiliser les ressources des slogans, inscriptions, textes répétés qui nous entourent et qu’on déchiffre inconsciemment sans les lire.

La deuxième partie met en exergue les sentences intimes, les leitmotivs au travers desquels on se raconte, les grandes scansions d’une histoire personnelle, l’ « avant », l' »après », les « moments »cruciaux.

Image Rue du Rendez-vous Première partie:

Imité du « perverbe », L’Affabuloir propose l’ « intrigan» : slogan étonnant constitué du début d’un slogan publicitaire et de la fin d’un autre.

Proposition d’écriture : Constituez une liste assez étendue de slogans publicitaires. Mélangez les slogans (et si cela s’y prête, les noms de marques !

Quelques exemples:

FN /IRI : Agitateur de / culottes courtes

CAR/TY: Le contrat /nommé désir…

LEROY MER/TOL: Les opticiens / prennent vie…

CI/TELLA : Il en faut de l’énergie / pour que le monde bouge…

VARIANTE: Le centon publicitaire donne des résultats assez intéressants. il suffit de feuilleter une revue et de relever les slogans publicitaires et signatures de marques et de les assembler en une sorte de « poème ».

Des extraits tirés du Livre de chroniques d’Antonio Lobo Antunes et d’Enregistrements pirates de Philippe Delerm (deux ouvrages qui abondent en ressources pour les ateliers d’écriture) révèlent les possibilités d’écriture ouvertes par les inscriptions (pancartes, avis, affichages règlementaires…) et leurs messages familiers et attendus, mais aussi les graffitis, déclarations personnelles qui s’offrent dans l’espace public et interrogent parfois le passant.

Extraits des textes supports

Proposition d’écriture: Partir d’une inscription, d’un graffiti, d’une pancarte, qu’un narrateur s’approprie. Celui-ci réagit, imagine, se souvient, exprime ses sentiments, son humeur… en utilisant le message comme un leitmotiv.

A partir d’une inscription, textes

Deuxième partie :

La Salle de Bains du Titanic, de Véronique Ovaldé est un texte énigmatique, construit comme la vie du personnage principal sur un retour perpétuel à un moment décisif, auquel se heurtent les désirs d’échapper. Vienna aimerait revenir « juste avant l’été où ».

La Salle de Bains du Titanic, extrait

Proposition d’écriture: Choisir un avant ou un après. Faire une liste pour essayer de définir un certain état, une façon de vivre, d’être au monde, comme une accumulation d’habitudes, de choses, d’impressions, sans hiérarchie ni ordre. Il n’est pas nécessaire de savoir ou de dévoiler quel est cet événement qui change tout.

Un avant ou un après, textes réalisés

Nos Ateliers d'écritures Oulipo

Atelier d’écriture « Collections » 1

L’Affabuloir consacrera l’année 2014 à la « collection », thème très riche qui évoque à la fois l’accumulation, l’abondance, la série, le multiple, et leurs contraires, à savoir la singularité, l’unique, le rare…

Ce premier atelier consacré à la collection s’intéresse aux litanies plus ou moins banales qui scandent le quotidien, ordonnancent les rapports humains, remplissent les conversations.

Un rien de prétention au-dessus du « Dictionnaire des idées reçues » se situe le « Catalogue des idées chic », dont la déclinaison contemporaines peut être aisément constituée en prêtant attention aux conversations dans les lieux et occasions où la pédanterie du moment s’exprime le plus couramment (laissons aux participants des ateliers d’écriture le soin de préciser la nature de ces lieux et occasions…).

Défense de l’esclavage.
Défense de la Saint-Barthélemy.
Se moquer des forts en thème.
Id. des savants.
Id. des études classiques.
Dire à propos d’un grand homme « Il est bien surfait ! » − Tous les grands hommes.
Et d’ailleurs, il n’y a pas de grands hommes. (…)
Raphaël, aucun talent.
Mirabeau, aucun talent.
Mais son père (qu’on n’a pas lu) oh !
Molière, tapissier des lettres.

Extrait du Catalogue des Idées chic, in Bouvard et Pécuchet, Gustave Flaubert (Ed. Le livre de Poche)

Proposition d’écriture: Proposer un catalogue des idées chic d’aujourd’hui (positions « originales », opinions décalées, indéfendables, refus des admirations en cours…)

Dans La Maladie de Sachs, Martin Winckler entrecoupe son récit des extraits de carnets du personnage principal, un médecin généraliste qui tente d’appréhender la matière brute des existences et des histoires auxquelles sa pratique le confronte chaque jour, en classant et répertoriant ces bribes d’humanité. Dans ces listes se déversent pêle-mêle des banalités affables, des récits de drames insoutenables, des aveux drôles ou émouvants, des demandes insolites…

A la question  » Qu’est-ce qui vous amène? », ses patients répondent diversement:

« Rien de neuf, que du vieux.
En tout cas, j’amène pas le soleil.
Ah, je me serais bien passé de venir.
Je vous amène ma mère, elle consultait un docteur à Tourmens mais elle ne veut plus le voir, elle s’est fâchée avec lui parce qu’il a voulu la faire opérer alors qu’elle ne voulait pas…(…)
Je venais juste vous dire que ma grand-mère est décédée avant-hier  et que les obsèques auront lieu demain.
Je venais pour vous montrer mon résultat d’examen. (…)
Je viens vous voir parce qu’on m’a parlé de vous, il paraît que vous savez très bien soigner l’asthme/la sinusite/les verrues/ les migraines/ la dépression / les rhumatismes / les furoncles/ les personnes âgées et que vous êtes très doux avec les enfants.
« 

Proposition d’écriture: Écrire un catalogue des petites phrases, échanges standardisés, recueil des plaintes, demandes, remarques, questions…Choisir une situation (au café, dans la file d’attente…), une profession (professeur, fleuriste, serveur…) ou une durée (ex : une journée).

Le bref roman de Laurent Quintreau, Marge brute, nous propose un « tour de table » à la façon des ouvertures de réunions. Ce tour de table est précisément celui des participants à une réunion interne, dont il nous livre le monologue intérieur, révélant toute la « violence des échanges en milieu tempéré » (pour reprendre le titre du merveilleux film de Jean-Marc Moutout).

 
 
 
 
 
 
 
« j’ai la nausée, j’ai encore trop mangé ce matin, je ne trouverai jamais un homme si je continue à me bâfrer comme une truie, je suis vide, heureusement il y a les copines, j’adore quand on s’appelle la nuit, avec Léa on a parlé jusqu’à 3 heures du mat, son mec l’avait plaquée, j’adore quand les copines se font plaquer, ce soir j’ai une répétition, tant mieux, le club de théâtre est vraiment sympa cette année, encore plus que l’année dernière, dommage qu’il n’y ait que des filles et des homos, je devrais peut-être faire de la gym, Rorty remercie Tissier, et se propose de continuer, après ces deux agréables digressions, de revenir aux sujets qui fâchent , la mission dont il a été chargé, à savoir la réorganisation de l’entreprise, moi je m’en fiche, je n’arrête pas de gagner des budgets, je rapporte au moins six fois mon salaire, charges comprises (…) »
Extrait de Marge Brute, Laurent Quintreau (Ed. 10/18)

Proposition d’écriture: Choisir une phrase, dans la liste constituée à partir de la proposition précédente. Écrire un monologue intérieur à partir de cette phrase. Donner de l’épaisseur au personnage, une histoire singulière, introduire dans le récit ces éléments de détails qui contribuent à incarner un personnage.

Nos Ateliers d'écritures Oulipo

Chimères et centons

La chimère et le centon sont des exercices de découpage et recomposition de textes. Si le principe est répandu, le choix de textes ou le dosage subtil des contraintes peuvent faire varier à l’infini les possibilités qu’offrent ces exercices systématiques.

La Chimère :

D’après Littré, la chimère est dans son sens premier « assemblage bizarre de différentes parties d’animaux divers ». La chimère est un monstre, autrement dit une composition réalisée à partir de parties hétérogènes.

Dans sa forme basique, la chimère consiste à emprunter à un premier texte la structure syntaxique ( nom/ verbe/ adjectif…), et à un second texte le vocabulaire.

Exemples : Le Pont Mirabeau, Apollinaire (syntaxe) / une page du Guide du Routard (vocabulaire) donnent une célébration originale des spécialités culinaires d’une région française.

La Cigale et la fourmi de Jean de La Fontaine (syntaxe) / un extrait Marge Brute, de Laurent Quintreau se combinent pour une personnification de la « marge » qui traduit les angoisses contemporaines d’entreprises parfois cigales, parfois fourmis.

La poésie présente des difficultés, avec des tournures parfois alambiquées, mais elle fournit un rythme sur lequel s’appuyer et qui donne une ligne directrice au texte recomposé.

Pour aider les participants, on peut leur conseiller de prendre pour point de départ un mot qui les attire, puis de repérer dans le texte-vocabulaire les mots qui renvoient à la même idée. Utiliser les ressources de la polysémie (mots comme « gourde », « tarte »…) permet de disposer d’un vocabulaire plus riche qu’il n’y paraît à la première lecture.

Il est permis de conjuguer les verbes et de faire les accords qui s’imposent.

L’exercice peut se compliquer si l’on utilise un texte pour la syntaxe, et trois textes pour le vocabulaire (un pour les verbes, l’autre pour les noms et le troisième pour les adjectifs).

Mais c’est surtout le choix des textes qui peut contribuer à renouveler l’intérêt de l’exercice. Il est conseillé à l’animateur d’ « essayer » les textes afin de vérifier la faisabilité de l’exercice, la difficulté pouvant parfois décourager les participants si les textes choisis n’offrent pas suffisamment de ressources. On peut proposer un texte pour la syntaxe, et un choix de deux textes pour le vocabulaire.

texte Chimère Fable contemporaine

Le Centon :

Le centon est le résultat d’une recomposition de vers ou fragments tirés de plusieurs textes. Il s’agit d’une sorte de mixage, le travail de création n’est pas ici dans l’invention mais dans la façon d’agencer les fragments.

Le cadre donné peut être un temps déterminé précisément et/ou un nombre de vers maximum. Préférer des poèmes en vers libres pour écarter la contrainte naturelle de la rime, choisir des rythmes variés et des thématiques différentes qui permettront de créer des images originales.

Confronter par exemple l’écriture de Reverdy, Michaud et Supervielle ou encore Ponge, Aragon et Juarroz.

Le centon constitue un bon exercice pour des participants peu aguerris, il donne assez facilement des résultats gratifiants. Avec les mots des autres on peut créer un poème absolument neuf, réinventer un sens qui soit personnel.